Bertrand, de la Mousse Touch’ à Lille : «plein de bières régionales»

Connaissez-vous toutes les bières brassées dans le Nord ? La Mousse Touch' vous les fait découvrir 🍻

23/05/2020, 15:42 | édité le 23/05/2020, 15:43

Bertrand de la Mousse Touch, bar de Lille

Bertrand Villert est le fondateur de la Mouss Touch’, un bar lillois de bières artisanales régionales. Comme beaucoup de commerçants, il a dû réadapter son bar pendant le confinement, pour pouvoir continuer son activité.

Nous l’avons rencontré !

Quel est le concept de votre bar ?

La Mouss Touch’, c’est un bar à bières artisanales au 19 Boulevard Jean Baptiste Lebas. C’est un gros pub, un lieu un peu hybride où on brasse notre propre bière sur place et en même temps où on a la volonté de vouloir mettre en avant nos acteurs brassicoles de la région. Donc on a dix pressions, et on tourne assez régulièrement pour pouvoir proposer des nouvelles bières à nos consommateurs et nos clients.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de ce bar ?

Initialement, j’ai ouvert ça avec mes parents et mon frère. En fait, mon père brassait dans son jardin avec une pico-brasserie (moins de 50 litres), moi, je faisais une école hôtelière à la base, et mon frère, une école de commerce. Mon père voulait améliorer ses performances et techniques en terme de brassage, donc on est parti tous les deux à Douai pour faire une formation. Du coup, je me suis retrouvé sur les bancs de l’école avec mon père ! Et à la fin de ce stage, on a fait un tour des micro-brasseries des Hauts-de-France, et on s’est rendu compte qu’on avait une grande culture bière dans notre région, mais on trouvait que les acteurs brassicoles n’étaient pas forcément représentés dans les bars. Donc on a voulu allier nos deux passions : boire de la bière et en fabriquer, dans notre lieu propre, qui est la Mousse Touch’.

Et pourquoi ce nom : “la Mousse Touch” ?

Alors, c’est venu simplement. Touch’, c’est un peu la touche française, et mousse, pour la mousse de la bière, bien sûr.

Et puis quand on boit une bière, on a toujours une moustache de mousse, donc la Mousse Touch !

devanture Mousse Touch, bar lillois

Est-ce que vous avez pu continuer votre activité durant le confinement ?

Oui, oui, mais on a dû se réadapter. Alors, avant le confinement, on était un bar vraiment classique. Et puis pendant le confinement, au bout de trois semaines, on a appelé les brasseurs pour savoir un peu leur situation et où ils en étaient, et pour voir ce qu’on pourrait faire ensemble. Et donc on a voulu proposer le service de livraison de bières artisanales à domicile. Ça a plutôt bien fonctionné ! Et une fois le confinement terminé, on a voulu continuer sous un autre format (parce qu’on ne peut toujours pas rouvrir le bar). Donc on s’est encore réadapté au déconfinement et on a décidé de faire de notre bar une cave à bières éphémère. On a vraiment réaménagé toute la Mousse Touch’ pour proposer toutes les bières des brasseries avec qui on travaillait habituellement, plus toutes les brasseries qu’on a eu l’occasion de découvrir pendant le confinement. Et donc là, on a à peu près une centaine de références de bières du Nord et des Hauts-de-France.

Et vous brassez aussi vous-même votre bière ?

Alors, en ce moment, je n’ai plus vraiment le temps de brasser ma bière, mais normalement oui, en temps “normal”, je brasse de la bière. Mais pour l’instant, on s’occupe de vendre. Et puis bien sûr, on apporte un conseil au client, pour choisir et découvrir les bières. Et après, on invite aussi les clients à visiter ces brasseries pour qu’ils puissent découvrir aussi notre terroir et notre savoir-faire du Nord.

vente de bières artisanales par la Mousse Touch

Vous proposez aussi des “growlers”. Mais qu’est-ce que c’est ?

Le growler, ça vient d’Angleterre. A la base, il n’y avait pas trop de supermarchés ou supérettes pour pouvoir se fournir en bière comme maintenant. Donc les gens allaient dans les bars et ils récupéraient leur bière dans un contenant en inox. Mais comme c’était en inox, c’était opaque, et ils ne pouvaient pas voir si le barman l’avait bien rempli. Du coup, le client grognait tout le temps contre le barman pour se plaindre qu’il n’avait pas mis assez de bière dans son contenant. C’est de là que vient le mot “growler“, qui veut dire grogneur en anglais.

Le growler est aujourd’hui très démocratisé aux Etats-Unis. Là-bas, ils ramènent ça chez des copains ou pendant les diners. Mais en France et dans le Nord, ce n’est pas très démocratisé, parce qu’on a l’habitude des bières bouteilles, de la pression, et on est très attaché à ça. Mais on a voulu le proposer quand même parce que c’est un moyen de consommation qui est intéressant pour plusieurs choses : déjà, c’est écologique, parce que nous utilisons des bouteilles consignées, nettoyées et réutilisées (fabriquées par Jean Bouteille). De plus, grâce à ça, on peut proposer des bières que nous ne trouvons pas en bouteilles, mais seulement en fut, et la boire quand on veut. Parce que concrètement, les bières en fut, on ne peut généralement que les boire tout de suite, en bar, en festival, etc. Par exemple, la Brasserie des Singes Savants avait fait une bière pour un festival qui a été annulé, et ils n’avaient prévu que du fut. Au moins, avec le growler, on peut la proposer en bouteille.

La bière en fut ne se conserve pas ?

La bière en fut peut se garder sur des bières comme des bières blondes, des triples, etc, disons des bières plutôt classiques. Mais dans le cas des bières IPA, le fut va se détériorer très vite. Parce qu’en fait, les huiles essentielles ou les parfums du houblon vont très vite se perdre avec le temps. Donc là, on a vraiment une problématique sur les bières IPA qui ont déjà été brassées avant le confinement. Donc c’est pour ça que nous proposons que des IPA en growler, justement parce qu’elles se dégradent beaucoup plus vite. C’est aussi une vraie solution zéro déchets !

growlers la mousse touch lille

Quelles sont vos stratégies digitales pour votre commerce ?

Sur nos réseaux sociaux (Instagram et Facebook), on montre tout simplement ce qu’on fait. Et on a notamment la volonté de mettre en avant les brasseries.

Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Dans cinq ans, on se voit toujours avec la Mousse Touch’, en proposant toujours de nouvelles bières de notre belle région.

On a un autre bar qu’on a ouvert il y a sept mois maintenant, sur la place du marché de Wazemmes, qui s’appelle la Craft Touch. On l’a créé parce qu’on s’est rendu compte qu’il y avait tellement de goûts et de saveurs qui sont faits à l’international, qu’il aurait été intéressant de les faire découvrir. Mais on ne voulait pas dénaturer le concept de la Mousse Touch’. Donc on a créé ce deuxième établissement qui propose un panel de bières qui sort des Hauts-de-France et même de France. On a eu des bière estoniennes, anglaises, suédoises, américaines … Chaque pays apporte quelque chose de nouveau dans la bière, c’est fascinant ! Et nous, on essaie de le faire découvrir en France. Alors pour ce bar là, on a plus la vocation de proposer encore plus de bières internationales.

Et puis que ça continue comme ça ! 😃

interview mousse touch lille

>> La Mousse Touch (en mode cave à bières): du mardi au samedi, de 15h à 20h; au 19 Boulevard Jean-Baptiste Lebas.

>> Craft Touch : 9 Place Nouvelle Aventure, Lille

Marine Souxdorf