Guillaume de Vertical’Art : «l’escalade de bloc, le sport de demain»

Vertical'Art possède sept salles d'escalade de bloc en France. Chaque salle est aussi composée d'un restaurant-bar.

22/10/2020, 15:32 | édité le 22/10/2020, 15:32


Guillaume Feunteun est chargé de communication au sein de groupe Vertical’Art. Vertical’Art possède de nombreuses salles d’escalade de bloc dans toute la France.

Guillaume nous en dit plus sur le concept de Vertical’Art.

Quel est le concept de Vertical’Art ?

Le concept de Vertical’Art est d’allier plusieurs aspects :

  • L’escalade de bloc : une des disciplines de l’escalade, qui se pratique sur des murs de 4,5 mètres de haut maximum, sans harnais, sans baudrier, uniquement avec des chaussons d’escalade. C’est ce qui fait que notre activité est accessible à tous et ludique. Pas besoin d’être assuré par quelqu’un, en totale liberté sur le tapis.
  • Un restaurant. Et pas uniquement un snack, mais un restaurant à part entière, avec de vrais plats du jour, des produits frais, locaux, de saison. On travaille beaucoup en circuit court avec nos producteurs.
Vertical'Art

En plus de l’escalade et du restaurant, proposez-vous d’autres services ?

On a aussi un bar ouvert 7 jours sur 7, comme le restaurant, qui propose une sélection de bières locales, de boissons bios, régionales, et françaises

On a aussi une partie bien-être et musculation : une partie cardio et musculation, avec tous les équipements nécessaires au renforcement musculaire. Vraiment une salle de musculation à part entière.

On a aussi une salle d’étirements pour vous permettre avant et/ou après les entraînements d’entraîner vos muscles à l’effort. Ensuite, on a aussi une partie sauna (mais qui est malheureusement fermé en cette période).

Donc on a vraiment une offre complète !

Vertical'Art

Comment a été créé Vertical’Art ?

Ce sont trois associés qui ont créé l’entreprise en 2013. Trois passionnés ! Ils ont d’abord créé la salle à Montigny-le-Bretonneux en 2013 et depuis, Vertical’Art connaît une bonne expansion. Maintenant, nous comptons sept salles réparties en France.

Pourquoi s’être spécialisé dans l’escalade de bloc ? 

Pour son accessibilité à tout le monde. On peut en pratiquer vraiment de l’âge de 3 ans jusqu’à pas d’âge. Et pour les personnes qui le pratiquent, je pense qu’il y a moins cette appréhension du vide avec le bloc, moins que quand les gens pratiquent sur des murs de 15-20 mètres. Avec l’escalade de bloc, pas besoin d’avoir quelqu’un avec nous pour nous assurer donc on peut vraiment grimper en totale liberté.

C’est un sport totalement urbain. C’est le sport de demain. On voit le nombre de nos abonnés grimper en flèche depuis quelques années, et je pense que l’escalade de bloc est le sport idéal pour chaque urbain d’aujourd’hui.

Vertical'Art

Qui sont vos clients ? Des amateurs ou des professionnels ?

On est vraiment tout public. Nous accueillons autant des familles que des quarantenaires, que des retraités, que des jeunes étudiants, etc.

Comme je vous dis, l’avantage c’est que c’est accessible à tous, donc on n’a pas vraiment de cible type. Tout le monde est le bienvenue !

Comment sont composées vos équipes dans chaque salle ?

Alors d’abord, on a toute une partie restauration et bar, donc on aura des serveurs, des barmans, des hôtes d’accueil, les cuisiniers. Chez Vertical’Art, nos collaborateurs sont très polyvalents.

Et ensuite, pour la partie escalade, nous avons les ouvreurs de la salle, donc à peu près 2 à 4 personnes par salle, qui vont renouveler chaque mois intégralement toute les voies. Cela permet un changement continu sur nos salles au niveau des difficultés et des parcours. 

Et ensuite, nous avons des managers (salle et restaurants).

Vertical'Art

Accompagnez-vous aussi des athlètes d’escalade ? 

Oui, tout à fait, nous suivons plusieurs athlètes professionnels d’escalade. On les accompagne financièrement sur leurs projets, sur leurs déplacements. Et en compétition, ils portent nos logos, etc.

Nous travaillons avec Sean McColl, athlète qui s’est qualifié pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2012, Fanny Gibert, qui est championne de France, etc.

On a aussi plein de graines de champions qui montent ! On s’attache beaucoup à développer notre sport, et je pense que ça se passe aussi en grande partie par développer le monde professionnel.

Nous proposons également des MasterClass avec nos athlètes professionnels à quelques-uns de nos clients.

Vertical'Art

En parlant de MasterClass, proposez-vous des cours d’escalade de bloc ?

Oui, on a des cours, ainsi que des stages pendant les vacances scolaires. On propose des cours pour tous les âges, pour tous les niveaux, pour tout le monde. Nous avons vraiment une offre assez complète.

On a plusieurs types de tarifs : une entrée à l’unité pour la journée complète, un pack mensualisé, un  abonnement annuel, et des cartes de 10 entrées. Une panoplie de tarifs de manière à ce que tout le monde y trouve son bonheur !

Vous avez référencé vos salles Vertical’Art sur The-ring.io. Pourquoi s’être lancé dans cette aventure ?

J’ai découvert The-ring.io sur internet. Je trouve le concept assez sympa, de rapprocher les commerçants de leurs clients et de ne plus avoir plein d’intermédiaires entre chaque commerçant et chaque client. C’est pour ça qu’on a voulu se lancer dans la démarche de référencer nos salles. On compte y référencer l’intégralité de nos salles.

Quels sont les projets futurs pour Vertical’Art ? 

Notre premier projet, forcément, c’est l’extension du groupe. D’une part en France, mais aussi à l’étranger. Nous avons des projets en Belgique, en Suisse, en Espagne à Madrid aussi…

Et bien sûr, toujours satisfaire nos clients, proposer la meilleure qualité possible, autant sur le restaurant que sur l’escalade !

Vertical'Art

Propos recueillis par Marine Souxdorf

L'actualité des villes et des commerçants de proximité

Recevez chaque semaine les
dernières news et
les infos
des commerçants de
proximité