Lucie et Chloé de la Griffe à Lille : «Rock and roll et sauvage !»

Dans ce resto-bar situé rue des Postes à Lille, c'est plat végétarien le midi et concerts le soir !

29/07/2020, 19:46 | édité le 31/08/2020, 16:48


Lucie, Chloé et Marie ont ouvert la Griffe à Lille le 22 février 2020. Dans la rue des Postes, juste en face du bar Lokarria, aussi géré par Lucie et Marie, la Griffe vous propose des plats végétariens et végétaliens le midi, et des bonnes planches apéritif ainsi qu’une grande programmation musicale le soir.

Lucie et Chloé nous en disent plus 🎙 !

Comment en êtes-vous arrivées à créer la Griffe à Lille ?

Lucie : Marie et moi, nous avions une association, Les Décibels du Peuple, qui a été très active sur Lille. En gros, on organisait beaucoup de soirées concerts, des expositions, plein de choses un peu partout à Lille. On avait aussi un catalogue d’artistes de plus en plus important. Et au bout de six ans d’activité, on avait développé un bon réseau et on se disait que ça serait pas mal d’avoir un lieu à nous, de s’accomplir en créant un bar culturel. C’est de là qu’est né le Lokarria, qui eut un succès plutôt immédiat. Et c’est ce qui nous a permis de poursuivre ici, à la Griffe, à Lille, avec une cave concert, ce qui nous permet d’encore plus nous éclater sur la partie événementielle.

Chloé : Moi, je suis la cheffe de cuisine. Je n’ai pas du tout commencé ma vie professionnelle là-dedans et je me suis reconvertie il y a quatre ans. J’avais envie de faire quelque chose qui avait plus de sens pour moi et comme j’adorais cuisiner depuis mon enfance, j’avais envie de transmettre cette passion, de cuisiner avec des bons produits, sans viande, de mettre ma petite patte dans l’amélioration du monde actuel. Du coup, j’ai rencontré Lucie et Marie quand elles étaient sur le projet du Lokarria pour les travaux. Et de là est née une amitié et puis La Griffe.

La Griffe, bar de Lille

Quel est le concept de La Griffe à Lille ?

Lucie : Ici, c’est très varié. Le midi, on propose de la restauration, avec une éthique, en mode bio, de saison, le plus local possible, etc. Et le week-end, on organise des concerts, avec des DJs, des groupes du coin comme d’ailleurs …

Chloé : Et le soir, on propose des planches apéros. On trouvait ça sympathique de ne pas faire de restauration le soir pour garder une ambiance de bar. C’est ça qui nous plaît aussi. Après, on évoluera peut être en fonction, mais l’idée pour l’instant, c’est la planche apéritif le soir. C’est sympa le fait de partager !

Pour la partie restauration, que proposez-vous de bon à manger ?

Chloé : Alors, nous proposons de la cuisine végétarienne et végétalienne, le plus bio possible ou raisonnée, locale, de saison. Nous avons une carte qui change toutes les semaines, avec deux entrées, deux plats, deux desserts. Et il y a toujours possibilité d’avoir du végétalien. Dans tous les plats, je peux m’adapter et faire pour les végétaliens également.

Lucie : Et puis, sur la carte des consommations (des softs et alcools), nous avons également beaucoup de petits produits intéressants qui sont locaux, des bières qui viennent de micro-brasseries au maximum. On ne trouvera pas certains produits qui sont un petit peu plus contestables au niveau de l’éthique. On essaie d’avoir une démarche qui soit cohérente à tous les niveaux.

Vous avez donc une cave dans ce bar ?

Lucie : Oui, pour les événements. C’est uniquement dans la cave qu’on organise les événements, les concerts et tout ça. C’est dédié à ça. Elle est aménagée avec une vraie scène, etc.

Du coup, on a une programmation, qui a été interrompue à cause du Covid19, mais qui reprendra en septembre (on espère). Tous les débuts de semaine, on diffuse la programmation de la semaine, ainsi que le menu, etc.

Il y a évidemment énormément d’artistes locaux, mais au final, avec le temps, on a développé un bon réseau, donc on reçoit aussi des groupes de l’étranger. Nous sommes de plus en plus sollicités, par des artistes qui viennent de loin, comme l’Amérique Latine. Dès qu’ils organisent des tournées en France, ils savent qu’il y a quelques lieux dont la Griffe à Lille où ils peuvent se produire en off. Mais évidemment, on a beaucoup d’artistes locaux, ainsi que des artistes belges, anglais, etc.

La Griffe, bar de Lille

Pourquoi ce nom, la Griffe ?

Lucie : Ce fut un grand débat ! On en a fait des brainstormings pour trouver ce nom !

Chloé : On voulait quelque chose de rock and roll ! Un nom avec un côté un peu sauvage, qui montrait qu’on en voulait.

Lucie : Et après, la Griffe rappelle pas mal de références en rapport avec le monde de la nuit, comme « Freddy – Les griffes de la nuit » par exemple. Et puis la Griffe, ça sous-entend également la signature, cette empreinte réelle qu’on veut laisser, notre patte. En plus, c’est court, c’est efficace, facile à retenir, ça a fait l’unanimité.

Vous avez entrepris à trois. Selon vous, est-il préférable d’entreprendre en équipe ?

Chloé : Lucie et Marie avaient déjà le Lokarria, donc elle travaillaient déjà bien ensemble. Et moi, je ne voulais pas monter un restaurant toute seule, parce que c’était trop de choses à gérer. C’est grâce à notre amitié et le fait aussi d’avoir travaillé ensemble sur les travaux du Lokarria qu’on s’est alliée. Et je pense effectivement qu’ensemble on est plus fort et on va plus loin.

En plus, on a réparti le boulot : moi, je suis en cuisine, Marie s’occupe de l’administratif de la cuisine et du bar, et Lucie est plus dans la programmation, l’événementiel. Donc on a vraiment chacune nos compétences et ça roule vachement bien !

La Griffe, bar de Lille

Pourquoi avoir choisi ce quartier pour ouvrir, dans la rue des Postes ?

Chloé : C’est notamment pour le Lokarria qui est en face. La rue des Postes il y a quelques années, ce n’était pas ce que c’est maintenant. Il y avait pas mal de commerces à l’abandon. Et puis peu à peu, ça a recommencé à vivre, avec l’ouverture de la Boulangerie Bar notamment, et différentes enseignes qui ont commencé à faire venir les gens dans la rue.

L’ambiance qu’on a ici n’est pas du tout la même que l’ambiance qu’on peut avoir rue Solférino par exemple ou sur la place du Marché de Wazemmes. Notre clientèle est différente, plutôt dans une tranche d’âge entre 25 et 40 ans, sans doute des gens plus calmes aussi que dans d’autres rues de bars. Il y a également une super ambiance entre les patrons de bars de la rue. On s’associe pour faire des trucs ensemble comme la Timbrée. Il y a une belle énergie dans cette rue. On y est bien !

Justement, qu’est-ce que la Timbrée ?

Chloé : C’est une bière de la rue des Postes de Lille. Les bars de la rue se sont mis ensemble pour créer une recette et brasser ensemble leur propre bière à la Brasserie Bellenaert à Bailleul. Plusieurs bars et restaurants y ont participé : la Pépite, le restaurant Sébastopol, les Cavistes Curieux, le Lokarria, la Griffe, le Cirque, l’Ockaz, la Boulangerie Bar, l’Ingénue … Cette bière est sortie il y a peu de temps.

Lucie : C’est une petite bière de saison blonde qui fait 5,9°. On a vraiment voulu qu’elle ne soit pas trop forte en alcool et très travaillée au niveau du goût. On va avoir une légère amertume, mais pas trop prononcée pour qu’elle reste bien désaltérante, et puis on a des petites notes d’agrumes et un nez fruité. Elle rencontre un franc succès, cette Timbrée ! C’est la deuxième édition et on va refaire, je pense, un troisième brassin pour septembre, normalement.

La Griffe bar de Lille

Comment gérez-vous votre présence en ligne ?

Lucie : On a embauché quelqu’un pour cela. De temps en temps, on participe, évidemment. Le principe, c’est de fonctionner sur une régularité, avec des publications régulières, tous les jours, à des heures qui sont censées être optimales.

Comme je le disais, on est parti avec un réseau déjà assez conséquent, grâce à notre association. Ça a aussi bien fonctionné grâce au bouche à oreilles. Mais on a quand même quelqu’un de spécialisé là-dedans, qui sait vraiment gérer tous ces outils, et qui optimise vraiment notre visibilité.

Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Lucie : Là, à cette table !

Chloé : Encore en train de rembourser le prêt !

Lucie : On sera encore là, très clairement ! Peut-être qu’on aura racheté le local d’à côté pour faire de la restauration le soir. Ça pourrait être une idée ceci dit …

Chloé : On veut faire évoluer le lieu. Ça ne restera pas comme ça tout le long. On ouvrira peut-être aussi le dimanche pour faire des brunchs. Mais en tout cas, dans cinq ans, on sera ici ! Et puis dans dix ans, par contre, on partira peut-être à la campagne ! Ça me plairait bien de créer le même concept à la campagne, pour y créer de la vie !

Lucie : Oui, carrément ! Créer un petit festival qui aura lieu tous les deux ans. Ou un petit bar de saison en bord de mer, avec des concerts …

Chloé : Enfin bref, plein de beaux projets, mais dans cinq ans, on sera là !

>> La Griffe à Lille : 37 Rue des Postes

Propos recueillis par Marine Souxdorf

L'actualité des villes et des commerçants de proximité

Recevez chaque semaine les
dernières news et
les infos
des commerçants de
proximité