À la découverte de la Maison du Broutteux à Tourcoing

La Maison du Broutteux tient son appellation d'une histoire qui date d'avant le 18e siècle...

17/09/2020, 12:49 | édité le 17/09/2020, 12:49


Offerte en guise de reconnaissance à un poète tourquennois, la Maison du Broutteux est le symbole d’un esprit patriotique et d’une histoire pluriséculaire.

La Maison du Broutteux : une histoire passionnante

La Maison du Broutteux tient son appellation d’une histoire qui date d’avant le 18e siècle. À cette époque, les Tourquennois se rendaient au marché de Lille pour y vendre la laine. Tandis que les notables faisaient le trajet en calèche, les ouvriers et les personnes sans beaucoup de moyens s’y rendaient à pied en poussant des brouettes portant leurs marchandises. Les Lillois les appelèrent donc les broutteux.

Quelques années plus tard, un chansonnier lillois surnommé « Brûle-Maison » trouva que les « broutteux » étaient comme des rustres. Ainsi, le terme broutteux devint une sorte d’insulte à l’égard des habitants de Tourcoing. Près d’un siècle après, Jules Watteeuw, un poète tourquennois, redonna au personnage du broutteux une image de noblesse et en fit le centre de ses œuvres poétiques. Pour saluer cet acte patriotique, les Tourquennois lui ont fait construire une maison dans le quartier de la Victoire où il a passé le restant de ses jours : il s’agit de l’actuelle Maison du Broutteux à Tourcoing.

Maison du Broutteux Tourcoing
©Peter17

Un chef-d’œuvre architectural au style alsacien

Située dans la Rue Jules Watteeuw à Tourcoing, la Maison du Broutteux se distingue par son style étonnamment alsacien qui la démarque de nombreux bâtiments tout aussi intéressants présentés sur notre blog Tourcoing. Sa façade somptueusement ornée porte une illustration du buste de Jules Watteeuw placée en haut-relief. Elle est également parée avec plusieurs autres sculptures inspirées, pour la plupart, des personnages des historiettes à succès du célèbre poète tourquennois. On y retrouve par exemple :

  • Une fresque centrale réalisée par Rémy Cogghe ;
  • Deux représentations en haut-relief de Jules Clamagirand ;
  • Des sculptures d’un Taureau et d’un Lion, de part et d’autre du perron.

La poignée de la porte d’entrée représente encore Timoléon et les coqs des combats de coqs : des éléments de l’une des pièces les plus célèbres de Jules Watteeuw.

Photo de couverture : ©Peter17

Découvrir aussi