blank

Lille, un lieu à connaître

20/03/2020, 12:52 | édité le 31/07/2020 , 16:08

Lille, une ville à connaître

Lille a de nombreux surnoms : la capitale des Flandres, la Cité nordiste, La Métropole… Avec plus d’un million d’habitants (dans la Métropole Lilloise. la capitale des Flandre compte environ 230 000 habitants), elle est la quatrième agglomération du pays (derrière Paris, Lyon et Marseille). Juste à la frontière de la Belgique, elle fait aussi partie de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, groupement européen de coopération territoriale, avec les communes belges de Courtrai, Mouscron, Menin, Tournai… Étant au croisement entre différents pays et agglomérations (Paris, Belgique, Angleterre, Pays-Bas, Allemagne, …), elle est au milieu de tout. Trains, bateaux, routes, tous les chemins ne mènent pas à Rome, mais à Lille ! Alors, la Métropole fait partie des lieux incontournables de l’Hexagone, mais aussi d’Europe (et même du monde !). D’année en année, elle accueille de plus en plus de monde et génère de plus en plus d’activité : touristes (pas seulement tourisme de loisirs, mais aussi d’affaires), entreprises, commerces, lieux culturels … 

Lille de nuit

Oui, la capitale des Flandres est à connaître absolument ! Et ça tombe bien : comme on le disait, elle est au milieu de tout ! Vous n’avez donc pas à faire de détour pour venir, car il y a des chances qu’elle soit sur le chemin de votre circuit de voyage. Les lillois et touristes vous le diront tous, la Métropole n’est pas forcément un lieu auquel on pense à aller en tourisme, mais c’est un endroit où il fait bon-vivre ! Elle a même été notée comme commune la plus cool du pays, selon le site Neon.

Convaincu ? Si pas encore, ne vous inquiétez pas, on a encore plein de raisons ! 

Lille, œuvre architecturale

Lille se démarque tout d’abord par son architecture. Elle possède beaucoup de joyaux architecturaux. Ici, chaque angle cache une beauté. La cité a été flamande, espagnole, allemande, … C’est pour cette raison qu’elle regorge de joyaux architecturaux et de monuments, du Moyen-Age, de la Renaissance, … En bref, de toutes les ères ! Les plus vieux bâtiments de la municipalité datent du Moyen Âge, à l’image, par exemple de l’Hospice Gantois construit en 1462. Parmi les œuvres architecturales historiques notables, on peut citer le Palais des Beaux-Arts, la Vieille Bourse, la Chambre de Commerce, … Se perdre dans les ruelles, les yeux vers le ciel et les édifices, est l’une des meilleures façons de visiter (attention quand même à où vous mettez les pieds, les pavés peuvent être sournois…). 

lille vu d'en haut

C’est aussi une cité de contraste. Parce que malgré son Vieux Lille et sa posture historique, elle est aussi d’une modernité certaine, en architecture, et même plus généralement. Les étroites rues du Vieux contrastent avec les avenues de style haussmannien, comme le Boulevard de la Liberté. Mais la capitale des Flandres est aussi la scène des architectes contemporains. Là, on a plus eu tendance à construire des bâtiments modernes, d’un style futuriste. Le centre commercial d’Euralille et sa forme de bateau est un bon exemple. Et même tout son quartier : Euralille, La Gare Lille-Europe, Le Grand Palais, le Crowne Plaza … 

Lille, très abimée par le passé. 

Comme on l’a mentionné plus tôt, la cité n’a pas été épargnée par l’histoire. C’est d’ailleurs à raison la ville la plus assiégée de France. Chaque période a apporté son lot de surprises et raconter son histoire nous prendrait la journée. 

Plusieurs rumeurs courent sur sa fondation : elle aurait été fondée en 640 par les géants Lydéric et Phinaert, elle aurait été occupée dès la Préhistoire … Mais les premiers écrits qui mentionnent la municipalité datent du XIe. Elle portait le nom d’Isla, c’est à dire île, pour la présence de la Deûle. Ce n’était d’ailleurs pas vraiment une municipalité, mais plutôt un port. Au Moyen-Âge, elle appartient aux comtes de Flandre puis aux ducs de Bourgogne. 

Souvent assiégée, on vous l’a dit : Lille est attaquée pour la première fois en 1127 et 1128 par les armées du Roi de France, Louis VI. Au XIIIe, elle finit aux mains de Philippe Auguste, qui l’incendie. Et les ennuis venaient à peine de commencer … 

Selon vous, la cité est française depuis quand ? Depuis le XVIIe ! En 1667, Lille était encore espagnole et faisait partie de ce que l’on appelait les Pays-Bas espagnols. Mais la guerre gronde entre Espagne et France (Guerre de Dévolution). Une guerre gagnée par Louis XIV. Des monuments comme la Citadelle et la Porte de Paris sont d’ailleurs des monuments construits après cette victoire. 

Porte de Paris à Lille
Porte de Paris

Mais la nationalité est de courte durée ! Au XVIIIe, lors de la Guerre de Succession d’Espagne, la cité est prise par les hollandais … En 1713, Lille devient officiellement et définitivement française avec le Traité d’Utrecht. Mais ce n’est pour ça qu’elle sera épargnée : elle est assiégée, par les Prussiens cette fois, en 1792. Elle est même bombardée. La statue de la Déesse du square principale est d’ailleurs un hommage à la résistance de la municipalité pendant le violent siège. 

Les années qui suivent, la cité s’étend et se peuple. Au XVIIIe, elle s’agrandit en annexant les communes de Wazemmes, les Moulins, Fives et Esquermes. Lille devient peu à peu une puissance industrielle et se modernise. On pourrait penser qu’elle vit enfin un répit, mais c’était sans compter sur une épidémie de choléra venant du port de Dunkerque et faisant presque 7000 morts … 

Et voilà qu’arrive le XXe et son lot de guerres ! Durant les deux guerres, Lille est prise par les allemands. Première guerre mondiale : elle est occupée d’octobre 1914 à octobre 1918. Période durant laquelle elle est dévastée, notamment par l’explosion du dépôt de munition dit «des dix-huit ponts». Elle a des difficultés à se relever après cette occupation. 1940, Seconde Guerre Mondiale : les Allemands la prennent encore. Elle n’était d’ailleurs pas rattachée au régime de Vichy de Pétain, mais à leur commandement bruxellois. Elle n’est libérée que quatre ans plus tard par les Britanniques. 

Lille, Ville d’Art

Assez parlé d’histoire ! En 2004, La Métropole a été classée Ville d’art et d’histoire. Alors, parlons œuvres. Parce qu’encore une fois, il y a beaucoup à dire … L’art est partout ! La municipalité vous propose un panel d’expositions et d’événements artistiques incroyablement riche et varié. 

Musée des Beaux-Arts de Lille
Musée des Beaux-Arts

Vous aimez le théâtre ? Allez au théâtre. L’Opéra ? Allez à L’Opéra. La danse ? Allez au Théâtre Sébastopol. La peinture ? Allez au Carré d’Artistes ou aux différentes galeries d’art. Le cinéma ? Allez à l’UGC ou au Majestic. La sculpture ? Allez au Palais des Beaux-Arts. La musique ? Allez à la salle de concert l’Aéronef. La photographie ? Allez au musée de la Photographie. Les graffitis ? Allez dans la rue ! … Sans oublier le Tripostal, Le Splendid, les différentes médiathèques, le LAM, … (La liste est encore longue !)

Et depuis qu’elle a été élue Capitale Européenne de la Culture en 2004, la municipalité organise de très importants évènements culturels tous les 3-4 ans : Lille3000. Un épisode artistique à la renommée mondiale ! C’est d’ailleurs dans ce but que Le Tripostal, ancien bâtiment de tri de courriers, est devenu un des nouveaux musées phares. 

Mais on peut aussi y devenir un artiste ! Qu’importe ce que vous cherchez, vous trouverez une école, un institut ou une formation qui vous correspondra (même en général, d’ailleurs). Et que ce soit dans un but professionnel ou amateur. Plusieurs clubs et associations proposent différents ateliers et cours des différents arts.  

Un patrimoine d’une richesse extraordinaire

Avec des années d’existence, et étant souvent au milieu de l’histoire avec un grand H, Lille et sa métropole possèdent un magnifique patrimoine qu’elles s’attachent à bien conserver. Pour le bonheur des lillois et des touristes !

Patrimoine de plusieurs temps

Il n’a qu’à arriver sur la Grand Place pour voir ce patrimoine d’une immense richesse. En effet, par son architecture qui date du Moyen-Age, de l’ère flamande, des ducs de Bourgogne, du Roi Soleil, … l’agglomération est un vrai mixte d’œuvres : 

  • L’Hospice Comtesse : Au XIIIe, Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre, fait construire un hôpital. Même si une partie de l’édifice partit en, fumée dans deux incendies, en 1468 et 1649, le bâtiment est encore sur pied aujourd’hui. Étant l’un des plus vieux de la cité, il est classé Monument historique. Il abrite aujourd’hui un musée.
  • La Vieille Bourse, Place du Théâtre : Cette œuvre de style flamand est souvent considérée comme la plus belle œuvre de la cité. Cet ouvrage du milieu du XVIIe abritait l’Union des marchands. 
  • Le palais Rihour (du moins, ce qu’il en reste…) : Ce bâtiment des ducs de Bourgogne était autrefois l’hôtel de ville. Mais il a aussi souffert de plusieurs incendies. Il abrite aujourd’hui l’office de tourisme. 
  • La Citadelle : Appelée aussi la “Reine des citadelles”, cet ouvrage massif construit par Vauban, est érigé lors de la prise de l’agglomération par Louis XIV. C’est une construction militaire qui avait un objectif de défense. Salle des armes, bastions, caserne, pont-levis, jardin … ce monument en forme d’étoile est un passage obligé lors d’une visite. Elle est d’ailleurs maintenant intégrée au parc de la Citadelle, immense poumon vert de la cité. 
  • La Porte de Paris : Ce monument aussi plutôt massif, célèbre cette victoire de Louis XIV contre les espagnols. 
  • Le Théâtre : Construit deux ans après la mort du Roi Soleil, son architecture fait fort penser à la Porte de Paris. 

Preuves que le patrimoine au cours de plusieurs siècles, il existe des monuments dont la construction a duré pendant différentes époques, dont la mythique église Notre-Dame-de-la-Treille (construite entre 1854 et 1999), l’église Saint-Maurice (construite entre le XIVe et le XVIIIe) et l’église Saint-André (bâtie dans la continuité entre le XVIIIe et XIXe).

Église Saint-André de Lille
Église Saint-André © Pierre-André Leclercq

Fin XIXe et début XXe

Maison Colliot à Lille
Maison Colliot © Vlaam

Lors du XIXe et XXe, Lille a beaucoup changé. Jusqu’à ce qu’éclate la Seconde Guerre Mondiale, c’est une période où les constructions se sont enchaînées. L’art nouveau et l’art déco (styles de ces années) sont des courants qui sont très présents ici : 

  • La Maison Coilliot (Art Nouveau), au 14 rue de Fleurus : Elle attire directement l’attention. C’est un entrepreneur en céramique qui demande de construire cet édifice pour y vendre ses produits. Il fait appel à un architecte déjà connu : Hector Guimard. L’écriture sur la devanture vous dit quelque chose ? Hector Guimard est aussi à l’origine des bouches de métro parisiennes. Cette œuvre est faite de pierres de taille, briques, lave, fer forgé et céramique. C’est aujourd’hui une propriété privée, et paraît être occupée par un opticien (elle ne se visite donc plus). 
  • La Maison d’Horace Pouillet (Art Nouv avec une touche d’Art Déco) : l’architecte Horace Pouillet l’a construit pour … lui (on n’est jamais mieux servi que par soi-même). Contrairement à celle de Coilliot, bien voyante, cette bâtisse est plutôt cachée. Située au 2 rue du vert-bois, elle se trouve non loin du Square Foch. 
  • L’Huîtrière (Art Déco) : Dans le Vieux Lille, cet ancien restaurant mythique est de style Art Déco. Les mosaïques intérieures et extérieures sont de vrais chefs d’œuvre. Malheureusement, le restaurant étant fermé, cet intérieur ne peut plus s’admirer pour l’instant.
  • L’Hôtel Art Déco Euralille : Cet hôtel trois étoiles vous replonge au XXe par sa façade et son intérieur. Cet endroit peut être une bonne idée pour votre voyage dans la Métropole. Juste à côté de la gare Lille Europe, il se situe entre les places touristiques et le celles des affaires. 

Ces styles d’architectures ont marqué toute la Métropole. Beaucoup de bâtiments, églises, hôtels … en sont les preuves aussi dans des communes aux alentours comme Tourcoing, Roubaix, Ronchin, Wattrelos, etc. De cet épisode d’avant-guerre, mais dans d’autres styles, on retrouve aussi le mythique Palais des Beaux-Arts.

Pendant les guerres mondiales

Comme nous l’avons déjà mentionné, Lille fut au cœur des conflits lors de la Première et Seconde Guerre Mondiale. Cependant, cette période fut aussi synonyme de constructions d’un autre style, pour enrichir encore plus le Patrimoine : 

  • La Chambre de Commerce et d’Industrie et son beffroi mythique (avant et après la Première Guerre Mondiale) : ce bâtiment de style néo-flamand fait face à la Vieille Bourse. Elle loge maintenant le siège de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI). Son beffroi de 76 mètres de haut est clairement l’un des monuments les plus iconiques et emblématiques. 
  • L’Opéra (avant et après la Première Guerre Mondiale) : Voilà encore un emblème ! Il fut construit en remplacement au théâtre qui se trouvait à cet emplacement, qui prit feu en 1903 (c’est d’ailleurs par la présence passée de ce théâtre que le lieu où l’Opéra se trouve s’appelle la Place du Théâtre alors qu’elle n’abrite pas de théâtre …). C’est le même architecte qui est à l’origine de la Chambre de Commerce et de cet Opéra : Louis Marie Cordonnier.
  • L’Hôtel de Ville et son Beffroi (entre entre-deux-guerres) : Avec son style typique de cette période, cette construction est l’une des plus emblématiques de la Cité Nordiste. C’est la municipalité socialiste d’antan, avec comme tête de liste Gustave Delory, qui décide de construire une nouvelle mairie et de ne pas revenir dans l’ancien (le Palais Rihour), saccagé par les flammes. L’oeuvre est confié à l’architecte Emile Dubuisson. A l’angle du bâtiment s’érige le beffroi de 106 mètres de hauteur (à ne pas confondre avec le beffroi de la Chambre de Commerce, cité plus haut). De là-haut, la vue est imprenable ! 
  • La Noble Tour (post Seconde Guerre Mondiale): Cet ancien bastion des remparts de la cité date en réalité du Moyen-Age. C’est d’ailleurs le plus ancien rempart. Mais après la Seconde Guerre Mondiale, il a été transformé en un monument à la Résistance et aux victimes de cette guerre, le « Mémorial départemental de la Résistance et de la Déportation ».
Noble Tour à Lille
La Noble Tour © Velvet

Patrimoine contemporain

En 2004, Lille est élue Capitale Européenne de la Culture. L’agglomération a réussi à devenir une vraie scène et destination pour les amateurs de contemporain. Différents lieux culturels vous proposent d’apprécier et même d’acheter des œuvres contemporaines.

Romy, sculpture à Lille
“Romy“, Xavier Veilhan

La municipalité a aussi lancé un programme “Ville d’Art et d’Artistes”. L’objectif est d’installer des ouvrages artistiques dans l’espace public. Alors, en vous baladant, vous croiserez sûrement une œuvre : 

  • Le buste jaune de « Romy », de l’architecte Xavier Veilhan (2019), en face de la gare. 
  • La baraque à frites rose et blanche « Bob », d’Erwin Wurm (2013), entre les deux gares.
  • Les mythiques « Tulipes de Shangri-la », de Yayoi Kusama (2003), aussi entre les deux gares.
  • « La demoiselle de Fives » et son sourire énigmatique, de Kenny Hunter (2007), sur la place Degeyter, à Fives.
  • La fresque colorée « oiseaux migrateurs » d’Etel Adnan (2018), entre les rues A. Ballet et A. de la Forge, à Fives.
  • Le bébé moitié ange, moitié démon « La parade des anges et démons », du collectif russe AES+F (2009), à la Gare Saint Sauveur.
  • L’oeuvre céramique « Le peuple René débarque à Saint Sauveur », D’Hervé Di Rosa (2017), Gare Saint Sauveur.
  • La sculpture de crayons « Intramoulins : le chemin lumineux », de Pascale Marthine Tayou (2012), sur la Place du Carnaval, à Moulins. 
  • L’oeuvre murale « WAZ’UP » de l’artiste local, Jef Aérosol (2019), à ma Maison Folie de Wazemmes. 

Que faire à Lille ? 

Lille et ses sorties

Mais alors, que faire à Lille ? On vous l’a dit, il y a plein de choses à faire dans la Capitale Nordiste ! Il y a des milliers et des milliers de choses à voir. Partout, la vie locale bat son plein : marchés, musées, galeries, musées, bars et vie nocturne … C’est clairement la métropole la plus mouvementée des contrées nordistes ! Et elle fait sans aucun doute partie des endroits de l’Hexagone les plus vivantes en général. Il n’y a qu’à aller à la Grand Place ou à Nouvelle Aventure (Wazemmes) à n’importe quel jour de la semaine pour s’en rendre compte ! 

A la découverte des différents quartiers

Quel est votre endroit préféré dans la Métropole ? Car non, Lille ne se résume pas à son centre. En 1858, la commune connaît un agrandissement urbain et triple de superficie en annexant les communes de Wazemmes, Esquermes, Moulins et Fives … 

Wazemmes est celui dont vous entendrez sûrement plus parler. Quartier de tradition populaire, il est devenu bohème et abrite une riche variété de populations : étrangers, étudiants, artistes, jeunes et plus vieux, différentes générations issues de l’immigration … Cette ancienne commune est surtout connue pour son fameux marché. Le Marché de Wazemmes est l’un des plus étendu et connu d’Europe. Mais vous adorerez aussi son musée, ses bars, sa vie culturelle si riche. Là-bas, on vit plus souvent dehors que dedans : il y a toujours de la population dans la rue ! 

Au sud, il y a ensuite le Moulins, arrondissement populaire et industrielle, classé zone franche urbaine (cible prioritaire de la politique de la municipalité). Il tient son nom des moulins qui y ont été construits au XVIIIe siècle. C’est l’un des quartiers qui a vécu le plus de transformations urbaines. Il abrite aussi sa propre Maison Folie, le théâtre Prato, une médiathèque, la faculté de droit … Et en parlant de transformations urbaines, le plus intéressant, c’est que ces différents lieux de culture et d’éducation étaient autrefois des filatures qui ont été réhabilitées. 

L’ancienne commune d’Esquermes porte aujourd’hui le nom de Vauban-Esquermes. C’est en fait l’association d’anciennes quartiers : le village d’Esquermes et l’ancien faubourg de la Barre. Il abrite des lieux incontournables, comme la “Reine des Citadelle” et  les principaux poumons verts de la ville : le bois de Boulogne, le jardin Vauban, le zoo, le palais Rameau … C’est aussi cet endroit qui accueille une majorité d’étudiants. Pourquoi ? Par la présence de l’Université Catholique de Lille, lycées privés et écoles supérieures. 

Université Catholique de Lille
Entrée de l’Université Catholique de Lille © Velvet

Vous pouvez aussi découvrir les quartiers de Bois-Blanc (traversé deux fois par la Deûle), Fives (là où la ville est officiellement devenue française …), le faubourg de Béthune (autre zone franche urbaine), Lille-Sud (qui abrite un cimetière de 33 hectares) et Saint-Maurice Pellevoisin (où vous pouvez découvrir le magnifique jardin des Horticulteurs). Chaque zone est desservi par au moins un arrêt et une ligne de bus ou de métro.

A la découverte de ce patrimoine particulier

Des musées à Lille, ce n’est pas ce qu’il manque. La MEL compte plus de vingt musées. On peut nommer parmi tous ces lieux de culture le Musée de l’Hospice Comtesse, le Musée d’Histoire Naturelle, le centre d’Art Sacré, le musée des Canonniers sédentaires, Le Musée de L’institut Pasteur, le LaM (Villeneuve d’Ascq), la Piscine (Roubaix), L’institut du Monde Arabe (Tourcoing) …

Musée de la Piscine de Roubaix
Musée de la Piscine de Roubaix © Gadeau

Et comment parler des musées, sans parler du deuxième musée du pays, le Palais des Beaux-Arts. Ce musée est l’un des plus beaux musées de l’Hexagone. C’est d’ailleurs le plus grand musée de ce type après le Louvre de Paris. Son bâtiment datant du XIXe est déjà sans conteste une œuvre architecturale en soi. Une fois à l’intérieur, vous pouvez découvrir des œuvres de toutes les âges : des célèbres peintures européennes, des sculptures, des céramiques, des dessins, des plans en relief, un département Moyen Age et Renaissance, …

Même si vous êtes déjà entré dans tous ces musées, ce n’est jamais suffisant ! En effet, ces lieux de culture sont en constante évolution en proposant événements et expositions temporaires. Et la bonne chose à savoir des musées de la Métropole, c’est qu’ils sont souvent gratuits le premier dimanche du mois. Et tous les ans, la ville organise aussi les Journées Européennes du Patrimoine, pour découvrir un peu plus toutes les richesses de Lille. 

Plein de choix d’activités : 

Que faire à Lille

Vous n’êtes pas musée ? Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas que les musées à découvrir ! La ville compte de nombreux lieux à découvrir pour ne jamais vous ennuyer : 

  • On vous propose de vous installer bien au fond de votre siège au Théâtre. Dans sa salle de spectacle, une riche programmation de pièces de théâtre, mais pas seulement. Il est aussi la scène de l’Idéal à Tourcoing, l’École du Nord, l’atelier de construction de décors à Neuville-en-Ferrain, le Café du Théâtre et une Librairie…. C’est un vrai lieu régional de vie et de culture.
  • On vous propose de vous déhancher dans la fosse de l’Aéronef. Cette salle de spectacle accueille de nombreux artistes. 
  • Pour un autre spectacle musical, vous pouvez aussi aller chanter et même crier les paroles de chansons de votre artiste préféré quand il passera au Zénith.
  • On vous propose de vous chausser de vos baskets et de monter en haut du fameux beffroi pour y découvrir la ville vue du ciel. Mais pour cela, il va vraiment falloir vous armer de courage pour arriver jusqu’à la cime du bâtiment !
  • Admirer les œuvres au musée, c’est bien, mais vous voudriez éventuellement en acheter ? Découvrez différents artistes locaux et étrangers dans les galeries. Carré d’Artistes, le MeltingArt Galerie, LaSécu, l’espace Pignon, l’Illu, le Cabinet des curiosités … 
  • Et si on se fendait la poire un petit peu ? Il y a différents lieux pour cela. Le Spotlight est une salle de comédie qui rencontre un vrai succès en ce moment ! 

Lille, à la croisée de tout

Cité Nordiste

Lille est du département du Nord et de la région Hauts-de-France. C’est d’ailleurs le chef-lieu des deux entités. Et pour être au nord, elle y est : plus en haut, c’est la Belgique et la mer. Elle est la plus grande ville en haut du pays. 

Le département, portant le numéro 59, est le département avec la plus grande population du pays. C’est d’ailleurs surtout grâce à la métropole lilloise, où vit presque la moitié de cette population. Ce département est d’ailleurs aussi l’un des plus jeunes du pays, étant le troisième pôle universitaire. Il est constitué de la Flandre (ayant comme villes principales Dunkerque, Lille et Douai), du Cambrésis (Cambrai et ses alentours), de l’Avesnois (Maubeuge et ses alentours), et le Hainaut (Valenciennes et ses alentours). Si vous admirez la façade du bâtiment du célèbre quotidien la Voix du Nord, vous pouvez d’ailleurs admirer les blasons des principales communes du département.

La Voix du Nord à Lille
La Voix du Nord à Lille

Ce département formait auparavant avec le département du Pas-de-Calais, le Nord-Pas-de-Calais. Depuis 2016 et la réforme territoriale, elle fait partie des Hauts-de-France. C’est la fusion avec la Picardie. Elle compte cinq départements : l’Aisne, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais et la Somme. Elle est limitrophe avec l’Ile de France (Paris), la Normandie, le Grand Est, et bien sûr, la Belgique. C’est Lille qui devient le chef-lieu régional, contre Amiens, ville principale de l’ancienne Picardie. C’est la troisième région avec le plus d’habitants et la plus jeune du pays (étudiants et jeunes en général, qu’attendez-vous pour venir vous y installer ?).

Lille est aussi au cœur de la MEL (Métropole Européenne de Lille). Elle comprend aussi les villes de Roubaix, Tourcoing et Villeneuve d’Ascq. C’est dans le but d’associer ces quatre pôles d’activités et de dynamiser le côté gaulois de la Flandre romane, que l’on décide de fonder la MEL au XXe, d’abord appelée Communauté urbaine de Lille. La MEL compte 95 communes. Lille est au milieu de cette Métropole et toutes les communes qui la bordent en font partie. Encore une fois, la Métropole Lilloise est une intercommunalité jeune, par la présence de ses différentes écoles (du maternel à l’université) et la venue d’étudiants rêvant de devenir professeur, ingénieur … président, bref, trouver le travail de ses rêves ! 

Presque belges, mais non ! 

Lillois, pas belges

Lille est aussi près de la Belgique. Même très près : à une petite quinzaine de kilomètres de la frontière franco-belge. La MEL possède 84 km de frontière avec sa voisine (une partie avec la Wallonie et une partie avec la Flandre). A vol d’oiseau, la capitale belge, Bruxelles, est juste à 100 km.

Une proximité qui se voit déjà dans le style architecturale de nos bâtiments. L’influence flamande se retrouve un peu partout. Il faut dire que la commune a longtemps appartenu au comté de Flandre. D’ailleurs, on la surnomme aussi “Capitale des Flandres”. Au niveau architectural, cela ne vous échappera pas, sa place centrale a des similitudes avec celles de Bruxelles et d’autres endroits du pays (avec leurs jolis pavés qui a fait trébucher bon nombre de personnes …)

Une proximité qui peut aussi se voir dans la culture. Les belges disent même parfois qu’on leur a un peu volé leurs spécialités. Bon, on ne sait pas qui a piqué à qui, mais il est vrai que les lillois ont parfois plus de similarités culturelles avec leurs voisins belges qu’avec leurs compatriotes du pays. On peut citer comme exemple leur amour pour la bière et les frites, la spécialité délicieuse du nom de carbonnade flamande, l’expression “drache” et chicon …Oui, on peut dire que l’influence belge est plutôt forte chez nous ! 

D’ailleurs, notre métropole n’est pas à confondre avec Lille en Belgique. Eh oui, il existe une commune néerlandophone, dans la province d’Anvers, avec le même nom que la Métropole. 

Lille, centre du … monde ? 

La ville n’est pas uniquement bien positionnée par rapport à la Belgique. Elle a une position plutôt stratégique. Surtout pour les relations avec l’Europe. C’est est un point où se croisent itinéraires routiers, ferroviaires (TGV) et maritimes (grâce à sa proximité avec la mer du Nord), et est donc relié à tous ses voisins européens : Allemagne, Luxembourg, Belgique, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, et même Espagne. 

Lille et ses frontières
  • Proche de la capitale belge, oui, mais aussi très proche de sa capitale nationale, Paris. Il y a 230 km de route entre les deux villes. Beaucoup de TGV et bus font les voyages à et depuis Paris. 
  • En 1994, une avancée technologique met la Métropole encore plus au centre des capitales européennes : l’Eurostar. Ce TGV relie Londres en 1 heure et demi en passant par le tunnel sous la Manche. 
  • Lille possède son propre aéroport, l’aéroport international Lille-Lesquin. Ce qui permet à tous de voyager encore plus loin qu’en Europe. Les avions depuis Lesquin desservent notamment d’autres villes du pays, l’Espagne, le Portugal, ainsi que les différents pays du Maghreb. Et encore une fois, sa proximité avec la Belgique, permet aussi aux lillois de partir en voyage depuis les aéroports internationaux de Charleroi et Zaventem (Bruxelles).

Tous les voyages sont permis, qu’importe celui que vous avez prévu de faire !

Voyager à Lille 

Vous vous êtes décidé et vous venez visiter la Capitale Nordiste ? Nous en sommes ravis ! Mais alors comment y aller ? Et une fois que vous y êtes, comment se déplacer ? 

Gare Lille Flandres de Lille
Gare Lille Flandres

Comment venir à Lille ? 

On l’a déjà dit, Lille est à la croisée de tout ! Alors, il est bien évidemment tout aussi facile de voyager depuis la Métropole que d’y venir. Il y a plusieurs moyens de venir pour les voyageurs : 

  • Venir en train : À 400 mètres l’une de l’autre, les deux gares, la gare Lille-Flandres et Lille-Europe accueillent tous les voyageurs qui optent pour l’option train. Situées en plein centre-ville, vous arriverez directement au coeur de la Métropole. Il existe des tarifs plus qu’avantageux ! 
  • Venir en avion : L’aéroport international de Lesquin se trouve à tout juste 15 minutes de Lille. Des bus partent d’ailleurs de l’aéroport pour le centre.
  • Venir en bus : il existe différentes compagnies, comme FlixBus et BlablaBus, qui vous amènent directement à côté de la gare. 
  • Venir en voiture : On vous l’a déjà dit : tous les chemins mènent à Lille, et surtout les routes. Pour être plus responsable et économiser, pensez aussi au covoiturage ! 

Comment se déplacer dans Lille ?

Se déplacer à Lille

Le meilleur moyen de se déplacer, c’est d’utiliser les transports en commun. Car ce ne sont pas les transports urbains qui manquent ! Avec le service ilévia de métros, bus et tramway, il y a de quoi bien découvrir la MEL. De nombreux lieux phares de la ville ont leur arrêt de métro et sont desservis par une ligne. Il existe aussi des services de transports doux, comme les vélos en libre service v’Lille. La ville n’est pas gigantesque. Nous vous conseillons même de la connaître à pied !

Où se garer (si l’on vient en voiture) ?

Depuis déjà longtemps, mais surtout depuis le plan de circulation de 2016, la cité nordiste est de moins en moins praticable pour les voitures. Il est bien évidemment possible de s’y déplacer en voiture, mais c’est souvent une perte de temps (vous serez bien souvent à l’arrêt…). Il existe cependant de nombreuses lieux de stationnement et de parkings (très souvent payants). Vu le réseau urbain étendu de transports en commun, nous vous conseillons de prioriser ces services ainsi que les autres moyens de transports doux. Il existe d’ailleurs des parkings relais gratuits à proximité des arrêts de métro. 

Lille, lieu de fête et de fêtards

La Cité Nordiste vit aussi la nuit ! Ici, il y a un bar pour 1440 habitants. Ça fait d’elle l’une des villes de l’Hexagone avec le plus de bars. Il y a toujours un endroit où sortir ! Les lillois sont clairement les plus fêtards de la région (c’est même sûr !). Ils ont même parfois une (petite) réputation d’alcoolique auprès des autres. Sa boisson de prédilection : la bière ! Eh oui, comme nos chers voisins de Flandre et de Wallonie (les belges, quoi). Ici, il y a un bar pour tout !

Fête à Lille

Vous n’aimez pas la bière ? Ce n’est pas grave, le plus important, c’est de faire la fête tous ensemble (parce que oui, les lillois sont aussi les plus sympas). Qu’importe le jour, il y a toujours un moyen de passer une bonne nuit ! Vous êtes de passage ? Votre nuit ne fait que commencer : d’abord, mangez un bon plat local accompagnée d’une bière au restaurant (on vous conseille le welsh, ou le hamburger au maroilles …), puis, partez dans les Rues de la Soif (Rue Masséna, Rue Solférino, Rue Royale) pour choisir parmi les nombreux bars qui les longent. Vous avez encore la forme ? Dansez jusqu’au bout de la nuit en boîte de nuit. Années 80, reggaeton, rock, électro : vous trouverez forcément celle qui vous convient. Regardez l’heure : Waouh, il est déjà 5 heures ! Je parie que vous n’avez pas vu le temps passer. On pourra même voir le soleil se lever …

Vous vous posez encore des questions ?

Quand venir à Lille

Quand visiter Lille ?

La météo est plutôt capricieuse ! La fameuse drache (pluie) sévit souvent. Il est donc conseillé de venir vers le printemps-été. Cependant, il y a des activités et des événements tout au long de l’année. Parce qu’ici, si on attendait les beaux jours pour sortir, on ne sortirait pas souvent … 

Où manger à Lille ?

C’est clairement une destination gastronomique. Que vous vouliez manger typique, végétarien, indiens, … il y a un forcément restaurant pour vous ! Comme trop le choix tue parfois le choix, the-ring.io vous guide sur son Blog Lille. 

Où dormir à Lille ?

En fonction de votre voyage, de votre ou vos accompagnant(s), votre budget, vous ne chercherez forcément pas le même hôtel. Encore une fois, the-ring.io vous aide.

Le foot, ça marche bien ?

sortir a lille le week-end

Et pas qu’un peu ! L’équipe de football lilloise, le LOSC, a gagné trois titres de champion de France et six coupes de France et joue en Ligue 1. Il réside au Stade Pierre Mauroy, à Villeneuve d’Ascq. Et même le sport à Lille, en général, ça marche bien !

Lille, quelle zone ?

Vu le nombre d’écoles et donc d’étudiants, cette question est importante ! Eh oui, quand n’avons-nous pas cours pour pouvoir partir en vacances quand nous vivons ici ? Ici, nous sommes en zone B.