Xavier, de l’Endroit, à Lille : « C’est de plus en plus dur »

Dans son restaurant L'Endroit, Xavier met en avant les plats typiques et faits maison pour la pause midi des travailleurs à Lille.

21/01/2020, 15:01 | édité le 27/03/2020 , 12:48

Xavier-lendroit

Xavier est le gérant de son restaurant et bistrot l’Endroit à Lille. En plein milieu du quartier des bureaux de la ville, au 1 Avenue Foch, il propose des plats traditionnels faits maison tous les midis de la semaine.

Qu’est ce qui rend votre commerce spécial ?

C’est très familial. Tout le monde connaît quasiment tout le monde. Ce sont tous des habitués qui travaillent dans le quartier. Les gens aiment beaucoup les commerces familiaux (comme celui de Mounir, Mobile House, aussi dans le centre) !

Qu’est ce qui vous a poussé à lancer votre commerce ?

Je n’avais pas avais envie de bosser pour quelqu’un d’autre. C’est tout.

J’ai travaillé dans le domaine de la communication pendant 12 ans, et j’en ai eu marre. Alors j’ai d’abord ouvert mon tabac à Lyon.

Pourquoi avoir choisi Lille ?

Pour le climat ! Non, plus sérieusement, j’avais fait une partie des mes études dans le Nord et j’y avais beaucoup d’amis. Alors, après neuf ans à Lyon, j’avais envie de remonter à Lille, là où je me sentais le mieux.

biere-lendroit-lille

Et pourquoi ce quartier, le centre ?

Au début j’avais choisi le Vieux-Lille, mais les loyers sont complètement ahurissants. Et tout était en travaux, ils changeaient le sens de la circulation, c’était un cauchemar pour circuler… Et je voyais des enseignes qui fermaient les unes après les autres. Finalement j’ai choisi l’hypercentre. Et ici, il y a pas mal de clientèle le midi, vu que nous sommes dans un quartier avec beaucoup de bureaux.

Quels sont les problèmes que vous rencontrez tous les jours ?

Gérer les fournisseurs qui subissent des problématiques d’acheminement de marchandises et autres, ou parfois des ruptures de stock. Ce n’est pas dramatique, mais c’est plus fréquent en ce moment à cause de l’actualité. C’est vrai que l’actualité n’aide pas non plus en ce moment !

Avez-vous vu une évolution au niveau de la fréquentation de votre restaurant ?

Oui, car il y a eu tout d’abord pas mal de réduction d’effectifs dans les banques autour, et les employés de banques sont mes principaux clients.

Et puis, comme il y a une multiplicité d’établissements qui font de la vente à emporter et de snacking dans la zone, surtout sur la Rue Nationale, je vis aussi une petite baisse de fréquentation à cause de ça. Il y a beaucoup d’offres pour manger à midi dans ce coin. Les prix restent un peu toujours le même partout, mais cela divise forcément le nombre de clients potentiels.

Et justement, si vous aviez un message à passer aux personnes qui ne prennent que des plats à emporter, lequel serait-il ?

Venir manger au restaurant, ça permet de se poser au moins un petit moment, et de sortir de la sphère du travail. On peut discuter et avoir un peu d’activité sociale dans la journée. C’est tout de même mieux que de se retrouver devant son ordinateur à manger avec une fourchette en plastique !

restaurant-lendroit

Comment vous gérez votre présence sur les réseaux sociaux ?

Sur Facebook, on publie le plat du jour. Mais je ne trouve pas que ça ait une incidence énorme sur le restaurant. Comme la plupart de mes clients sont dans un rayon de 200 mètres, les réseaux sociaux ne me servent pas particulièrement en tant que commerce de proximité. En vérité, que nous soyons ou pas sur les réseaux sociaux, ça ne change pas grand-chose !

Vous êtes référencé comme établissement connecté sur la plateforme the-ring.io. Pourquoi s’être lancé dans l’aventure ?

Je vois de plus en plus passer des gens qui sortent du supermarché avec des cartons remplis de sandwichs pour des groupes entiers, pour des entreprises. Mais c’est principalement du snacking comme des salades ou des sandwichs, des choses froides. Moi, je propose des plats du jour chauds, cuisinés, préparés. J’aimerais que les gens comprennent que même si on travaille, on peut très bien manger du fait maison le midi, manger chaud, manger bien !

Quels conseils donneriez-vous à un futur commerçant qui souhaite lancer son restaurant ?

De ne pas le faire ! En termes de charges, c’est de plus en plus dur. En tout cas, ne pas le faire en centre-ville. Si je devais le refaire, je ne m’installerais pas dans le centre. Les loyers deviennent beaucoup trop hauts. Et je ne parle pas des autres charges !

Ça reste quand même une passion pour moi, mais il faut bien se rendre compte que le métier de restaurateur est bien plus compliqué aujourd’hui qu’il ne l’était il y a 15 ans. Les gens ont de moins en moins de temps et de moins en moins d’argent pour manger.

Vous aimez la nourriture faite maison ? Découvrez aussi La Gourmandine Lilloise, dans le même quartier que l’Endroit.

Propos recueillis par Marine Souxdorf