Antoine Stathoulias, de Lille Animaliste : « On aimerait créer un label ville animaliste »

Antoine Stathoulias est la tête de liste de "Lille Animaliste" pour les élections municipales lilloises.

12/03/2020, 20:39 | édité le 01/04/2020 , 16:54

parti animaliste lille

Suite à nos nombreuses interviews de commerçants, nous nous sommes rendus comptes que ceux-ci avaient différentes attentes et différents questionnements pour le prochain Maire de la ville comme sur leur accompagnement, le plan de circulation, l’animation de la ville, …

En attendant les élections qui arrivent à grands pas, nous avons donc synthétisé les demandes des commerçants et nous partirons à la rencontre de :

Voici notre troisième interview, de Antoine Stathoulias, de Lille Animaliste, candidat à la Mairie de Lille.

Drapeau de la MEL

Vous êtes souvent sur le terrain et vous avez dû croiser bon nombre de commerçants. Quel est votre ressenti (économique / social / sécurité) ?

On a vu beaucoup de commerçants de proximité, mais c’était surtout pour leur proposer d’être sur notre liste et donc sincèrement, je ne connais pas vraiment bien leurs attentes. Mais ce que j’ai pu constater, c’est qu’ils étaient débordés ! Ils manquaient de temps, et du coup toute nouvelle formalité était compliquée. Parce que nous, on leur proposait de venir sur notre liste quand ils avaient un commerce un peu « éthique », et ils nous disaient qu’ils n’avaient pas le temps pour ça. Donc voilà, c’est cette sensation qu’ils manquent beaucoup de temps. Je pense que ce qu’ils aimeraient, c’est être un petit peu déchargés en terme de formalités, de comptabilité, de fiscalité … tout ce qui est parfois compliqué. Alors je ne sais pas si c’est au niveau de la mairie que ça doit se passer, j’en doute. Je pense que c’est plus au niveau national qu’on peut légiférer pour avoir des procédures plus simples. Mais voilà, c’est ce sentiment que j’ai eu.

Que pensez-vous des attentes des commerçants vis à vis des élus ?

Je les comprends tout à fait ! Parce que c’est ce que je disais au départ, toutes les formalités qu’ils doivent remplir, c’est trop ! Je ne suis pas commerçant, mais j’exerce une profession libérale, alors je vois déjà à quel point c’est lourd d’avoir ce statut de libéral ou de commerçant. On passe beaucoup trop de temps pour des tâches qui ne sont pas rémunératrices. Et là, si en plus, à ces commerçants, on leur met des bâtons dans les roues, c’est vrai qu’ils doivent avoir un sentiment d’être laissé à l’abandon et qu’au final ils travaillent beaucoup et qu’il n’y a pas de retour sur investissement. Enfin voilà, je comprends leur état d’esprit.

Parti Animaliste de Lille

On entend beaucoup parler dans la presse ou sur le terrain du nouveau plan de circulation. Quel est votre avis sur ce sujet ?

Étant membre d’un parti monothématique, qui se consacre exclusivement aux intérêts des animaux, c’est une question sur laquelle on n’est pas concerné, parce que ça ne touche pas les animaux.

Que pensez-vous du e-commerce ?

Encore une fois, ça relève d’activités entre humains, et ça n’affecte pas les intérêts des animaux. J’ai un avis personnel là-dessus, mais comme je suis représentant du parti animaliste, je ne le donnerai pas.

Vous arrive-t-il, comme un français sur deux, d’acheter sur Amazon ?

Ça m’est arrivé, oui ! Je cherchais quelque chose de très précis. Et puis je savais que si je me rendais dans un magasin, j’aurais dû passer commande parce qu’ils ne l’ont pas, et donc revenir au magasin, etc. C’est moins pratique, et c’est pour ça que je passais par Amazon, mais c’est vraiment pour des produits très spécifiques.

Pour le domaine de la restauration, que pensez-vous de la livraison à domicile (de services comme Uber Eats ou Deliveroo) ?

Alors encore une fois, en tant que candidat du parti animaliste, ce n’est pas une question que l’on soulève. Après, moi, en tant que citoyen et consommateur, je ne fais pas appel à ces services-là, parce que j’ai toujours une gêne de faire venir quelqu’un pour qu’il m’apporte à manger en vélo alors qu’il pleut, alors qu’il fait froid. C’est quelque chose qui personnellement me gêne. Après, moi, en tant que juriste cette fois, ce qui me gêne, ce sont les conditions de travail. Parce que ces livreurs ont tous les inconvénients du salariat sans les avantages du salariat !

Pensez-vous que cela soit utile pour les commerçants de proximité de faire de la livraison ?

De leur point de vue oui, j’imagine que c’est utile. Tout simplement parce qu’il y a beaucoup de consommateurs qui préfèrent être livrés plutôt que de se déplacer. Donc c’est, j’imagine, une part de marché supplémentaire.

Parti animaliste Lillois

Avez-vous des conseils à donner aux commerçants pour booster leurs affaires ?

Je serais mal placé pour leur donner des conseils, parce que je n’ai pas vraiment l’esprit d’entreprise. Mais j’ai quand même constaté certaines choses, notamment à Lille. Il existe deux salons de thé spéciaux : le Chat Voir Vivre, qui accueille les chats et le Waf, qui accueille les chiens. Et la dernière fois que je suis allé au Waf, les gérants ont passé beaucoup de temps à refuser des gens, parce que ça marche tellement bien qu’il faut réserver ! Donc il y a vraiment une demande à Lille de magasins où on trouverait des animaux, parce que les gens n’ont peut-être pas d’animaux chez eux et ça leur permet finalement d’avoir un peu d’affection d’un animal et de communiquer avec.

Et là, j’ai vu sur internet qu’il y avait une librairie au Canada qui mettait des chats à l’adoption. C’est un concept qui visiblement, plait. Parce que ça permet de désengorger les refuges, ça permet aux gens qui aiment les animaux, mais qui n’ont pas l’habitat adapté pour les accueillir d’aller voir des animaux, ça évite aussi le problème d’abandon… Alors pourquoi pas lancer d’avantage ce type de commerce qui est favorable aux animaux à Lille ? Du moment que c’est fait de manière sincère, aussi dans l’intérêt des animaux.

L’animation des commerces de proximité est primordiale pour booster le passage. Qu’avez-vous prévu sur ce sujet si vous êtes élu ?

On pourrait favoriser ou encourager les magasins à mettre en avant les aspects éthiques de leurs commerces. Ou par exemple, accueillir de célèbres cuisiniers qui font de la cuisine végétale. C’est ce qu’avait fait Annie’s Kitchen : elle avait invité un célèbre cuisinier qui avait écrit un livre pour une présentation. On pourrait faire une journée spéciale pour la journée mondiale des animaux aussi. Que tous les commerçants se mettent à communiquer là-dessus, que ce soit une fête où beaucoup de gens viendraient à Lille, pour acheter par exemple des produits sans origine animale, plus éthiques, etc. Oui, on pourrait favoriser ce genre d’initiative !

Comment allez-vous aider les touristes à découvrir les commerces de Lille si vous êtes élu ?

Nous, on aimerait créer un label « ville animaliste » pour aussi générer du tourisme. L’idée serait de créer un modèle pour le renouveau des rapports entre les humains et les animaux. Lille est l’une des villes les plus « vegan friendly » de France ! En proportion du nombre d’habitants, c’était la ville qui proposait le plus d’offres végétales et végétariennes. Et on le voit, rue Gambetta c’est vraiment une rue géniale lorsqu’on décide de ne plus manger de nourriture d’origine animale.

On pourrait favoriser, à travers ce label ville animaliste, les magasins qui décident d’exclure les produits d’origine animale, les magasins plus éthiques … Ou tout simplement, les magasins qui acceptent l’accueil des animaux dans les magasins aussi. Parce que pour l’instant, ils sont refusés dans quelques magasins. Ce qui est d’ailleurs gênant pour les gens qui veulent sa balader avec des animaux. Après, pourquoi pas faire des labels, des vignettes, que les commerçants puissent mettre sur leur vitrine pour indiquer que la boutique est en faveur des animaux.

Bref, on va favoriser les contacts entre les gens en fait. Et ça passe aussi à travers les commerces, qui sont des lieux de rencontre. C’est assez fréquent d’entrer dans un commerce et finalement commencer une conversation avec quelqu’un. Surtout à Lille, qui est une ville très conviviale. Donc, si on met en plus les animaux dans l’équation, et bien finalement, on créera encore plus de contact. Et le commerce pourrait aussi être ce lieu d’échange.

Quelle est votre boutique favorite à Lille ?

Végétal et Vous. Parce que c’est une boutique qui est engagée, parce que le gérant est très sympathique, parce qu’ils proposent énormément de produits qui sont conformes à mon mode de vie. C’est là où j’ai découvert énormément de produit. Et c’est aussi un lieu ou j’ai pu rencontrer beaucoup de personnes avec qui je partage les mêmes convictions.

Quel est votre restaurant préféré à Lille et pourquoi ?

Juste en face de Végétal et Vous, Annie’s Kitchen. Parce que c’est très bon déjà, parce que la gérante est aussi très sympathique et parce que c’est très beau aussi. Je trouve les décors apaisants. Et aussi parce que c’est un restaurant engagé.

Que pensez-vous de la plateforme de local shopping (the-ring.io) ?

Je pense que c’est favorable dans la mesure ou ça réduirait aussi les livraisons de longue distance, parce que les gens iraient plutôt dans leurs commerces de proximité plutôt que d’acheter des produits qui proviennent d’autres pays européens, voire du monde. Et comme on sait que c’est aussi une des causes de pollution et de réchauffement climatique… Ça réduirait donc ce réchauffement climatique, et ça serait favorable aux animaux. Parce que les animaux aussi sont bien sûr victimes de la pollution. Donc, au final, pour les animaux, c’est positif !

Propos recueillis par Marine Souxdorf