La bijouterie Lepage à Lille, de génération en génération…

Cette bijouterie joaillerie et horlogerie a ouvert ses portes en 1922. L'enseigne 100% familiale va bientôt fêter ses 100 ans ✨

Intérieur de magasin Lepage à Lille avec la famille Lepage

1922 : C’est l’année où a été créée la première bijouterie Lepage au Havre. Bientôt 100 ans après, la Maison Lepage est encore présente dans cette même ville, mais également à Rouen et à Lille. Julie, Sébastien et Edouard, cinquième génération de Lepage, sont aujourd’hui à la tête de cette affaire familiale, et continuent d’écrire l’histoire et l’avenir de la Maison.

Nous les avons rencontrés.

Bijouterie Lepage Lille

Pourriez-vous commencer par nous expliquer le rôle de chacun ?

Julie Lepage : Je m’occupe de la partie commerciale de la boutique de Lille, ainsi que de la marque Lepage, de la création et à la commercialisation. Je gère également toutes les équipes de ces deux boutiques lilloises. J’ai rejoint l’affaire familiale en 2016.

Édouard Lepage : De mon côté, j’ai intégré Lepage il y a plus de trois ans. Je m’occupe plus particulièrement de la partie financière, ainsi que de l’achat de diamant avec notre père, Jean-Pierre, qui est le spécialiste des diamants de la famille.

Sébastien Lepage : Je suis le plus âgé des trois et le premier à avoir rejoint le groupe, en 2009. Je m’occupe de toute la partie digitale de l’entreprise. Nous avons d’ailleurs fondé le site lepage.fr lors de mes premières années ici. Je gère également les achats horlogers pour l’ensemble des magasins. Après, nous n’avons pas un rôle attitré, car nous touchons toujours à beaucoup de sujets et à beaucoup de métiers.

Artisan bijoutier en train de sertir une pierre sur une bague chez Lepage à Lille

Pouvez-vous nous raconter la longue histoire de Lepage ?

Édouard : Julie, Sébastien et moi, nous sommes la cinquième génération de Lepage. C’est un groupe 100% familial qui a continué à se développer de génération en génération, toujours sur le même savoir-faire : le bijou, la montre d’exception, le travail des pierres. Et il est vrai que nous avons dans notre longue histoire quelques événements assez exceptionnels et assez marquants.

Sébastien : Par exemple, la boutique de Rouen a été ouverte en 1939 par notre arrière-grand-père, au même moment de l’affichage des ordres de mobilisation sur les panneaux de la ville. Ce n’était donc pas forcément une date bien choisie… Et après les bombardements, il n’y avait plus que deux monuments encore debout : d’un côté la Cathédrale, et de l’autre, la bijouterie Lepage. C’est une histoire plutôt incroyable… En 2022, nous allons fêter le centenaire de l’entreprise !

Bijouterie Lepage

L’histoire des Lepage ne commence donc pas à Lille ?

Sébastien : Non, contrairement à ce que beaucoup de Lillois pensent, Lepage n’est pas une famille d’origine lilloise, mais une famille normande. Nous, personnellement, nous sommes nés à Lille, mais les racines de notre famille sont normandes.

L’entreprise a donc été créée en 1922 au Havre. Nous avons ensuite ouvert une deuxième boutique à Rouen en 1939, et une troisième à Lille en 1971. C’est notre grand-père paternel qui a inauguré le premier site lillois. Nous avions aussi des sites à Nice depuis 1981, mais que nous avons fermé depuis.

Édouard : Aujourd’hui, nous avons donc cinq magasins. Quatre qui sont physiques (deux à Lille, un à Rouen, un au Havre), et la boutique en ligne lepage.fr, fondée en 2010.

Julie : Nous avons également déménagé notre local lillois, puisqu’il était à l’origine rue Nationale. Un déménagement qui a été fait à l’aube des années 2000 par nos parents, avec comme objectif de s’installer dans ce qui est aujourd’hui le nouveau centre-ville de Lille : le Vieux-Lille.

Comment avez-vous vu évoluer la Maison Lepage en tant d’années ?

Édouard : Pour commencer, le métier a beaucoup évolué, ainsi que les produits que nous proposions. À l’époque, nous faisions de l’optique et des chapeaux. Nous étions bijoutiers chapeliers. Nous vendions des produits d’art de la table également. Puis, le métier s’est spécialisé au fil du temps. Aujourd’hui, nous proposons des montres et des bijoux d’exception, mais nous avons perdu ce côté multiproduits de l’époque.

Julie : Il y a 25 ans, nous faisions les listes de mariage presque complètement !

Sébastien : Chaque génération a apporté sa pierre à l’édifice et s’est adaptée à l’époque. Nous, cinquième génération, la trace que nous allons laisser, ce sera sûrement le digital, la montée en gamme sur les bijoux, et la création de la marque Lepage. Chaque génération répond au challenge de son époque, et essaie d’ancrer l’entreprise dans la réalité économique pour pouvoir faire pérenniser la société.

Édouard : Il y a des tendances de fond également. Nous nous rendons compte qu’à l’époque, tout était basé sur l’artisan qui réalisait les bijoux de ses mains. Puis, nous nous sommes progressivement tournés vers des marques fortes. Et aujourd’hui, il y a un retour à la personnalisation. Les gens veulent retrouver ce côté unique du bijou, le savoir-faire, et même participer à la fabrication. Nous pouvons aujourd’hui créer avec le client grâce à la 3D. Les gens veulent savoir de quoi est fait le bijou, comment il est fait, où il est fait, etc.

Sébastien : Il y a un vrai retour aux sources et au sens. Les gens sont curieux et veulent savoir ce qu’il y a derrière chaque produit.

Édouard : Il y a une autre chose qui a évolué avec les années. Nous vendons notre propre marque de bijoux, mais nous sommes aussi une enseigne multimarque. Et un point qui est très marquant aujourd’hui, c’est la concentration des marques sur très peu de points de vente. Aujourd’hui, nous avons l’exclusivité sur la grande majorité des marques que nous proposons en Région Hauts-de-France. Alors qu’il y a une quinzaine d’années, on pouvait retrouver à Lille quatre ou cinq concurrents directs sur les mêmes marques et les mêmes produits.

Bojouterie Lepage

Comment est composée l’équipe Lepage ?

Sébastien : Dans le groupe Lepage, nous sommes à peu près 70 collaborateurs. Du bijoutier, l’un des plus vieux métiers du monde, aux métiers les plus récents comme chef de projet digital. En plus, nous avons la chance d’avoir un turn-over assez faible dans les équipes. Ce qui fait que nous travaillons avec des collaborateurs qui ont été embauchés par notre grand-père paternel ou nos parents, qui ont parfois 40 ans de maison, qui nous ont vus naître et que nous avons connus durant toute notre vie… Ils sont comme la mémoire vivante de l’entreprise !

Édouard : Nous avons ce côté très familial dans l’entreprise. C’est quelque chose d’important chez nous, et cela se ressent. Nous exerçons un métier de commerce difficile, mais nous avons des collaborateurs qui travaillent énormément, nous pourrions même dire des guerriers ! Nous allons tous dans le même sens et il y a une très belle solidarité. Les gens se plaisent et se sentent en famille. Et ça, c’est très important pour nous !

(Puis, il y a d’autres familles qui se sont créées entre les collaborateurs au fur et à mesure, mais ça, c’est une autre histoire !)

Employée du magasin Lepage à Lille

Et quels sont les différents métiers présents dans les boutiques Lepage de Lille ?

Julie : Sur Lille, nous sommes trois cogérants avec nos métiers bien spécifiques, même si nous connaissons et parfois même exerçons tous les métiers de la Maison. Nous avons forcément une équipe de conseillers. Des conseillers spécialistes de l’horlogerie, et des conseillers spécialistes de la joaillerie. Nous avons également la particularité d’avoir des ateliers à demeure, pour gérer le service après-vente des produits que nous vendons, mais aussi des bijoux de famille de nos clients. Il y a actuellement trois joailliers à demeure, qui travaillent sur la mise à taille, la réparation, la remise en état des produits, etc. Et nous avons également deux horlogers : un horloger qui s’occupe des garde-temps de nos clients, de la remise des piles ; et un horloger dédié à la marque Rolex. Cette équipe en atelier est renforcée par deux ou trois personnes qui accueillent et qui s’occupent de nos clients.

Sébastien : Aujourd’hui, c’est très rare d’avoir des joailliers et des horlogers ! Sur la Région Hauts-de-FranceLepage est vraiment la seule enseigne aujourd’hui à accueillir ce flux de clients en recherche de services. L’atelier a un très grand succès ! Certes, notre métier premier est de vendre, mais au-delà de ça, nous pensons qu’il faut aussi assumer sa responsabilité sur l’après-vente et proposer du service aux clients. C’est notamment sur cela que se bâtit la réputation d’une maison.

bijouterie lepage

À Lille, vous avez ouvert une nouvelle boutique il y a quelques mois, juste en face de la première. Quels sont les projets pour ce nouveau local ?

Julie : C’est une extension de la boutique d’en face. Depuis que nous sommes installés rue de la Bourse à Lille, nous nous sommes étendus sur les côtés de notre pas-de-porte, de manière à agrandir la surface. Mais nous voulions avoir plus d’espace pour mettre en avant des marques qui finalement n’avaient pas assez de visibilité dans notre boutique au 6/8/10 rue de la Bourse. Nous avons eu cette opportunité quand Monsieur Perreux, de l’historique bijouterie Perreux, a décidé de tirer le rideau et de prendre sa retraite.

Édouard : La petite différence dans ce nouveau local, c’est que malgré la grande façade, nous avons très peu d’espace intérieur. Ce que nous avons donc fait ici, c’est créer un corner de marques sur cinq maisons, dont Dior. Cet endroit nous permet également de proposer de la haute joaillerie, que ce soit chez Lepage ou chez Messika, avec des pièces d’exception que nous ne proposions pas avant. Nous avons complété l’offre vers le haut, dans un cocon encore plus intimiste. C’est feutré, c’est petit. Nous souhaitons que les clients se sentent bien chez nous et que nous prenions le temps de découvrir de jolis produits ensemble. L’idée est d’avoir de moins en moins le côté magasin, et de plus en plus le côté expérience.

Julie : Ce local nous permet aussi, vu l’actualité, d’avoir un espace plus important pour accueillir le client de manière plus sécurisée, avec une plus grande distanciation.

Intérieur de la bijouterie Lepage à Lille

Justement, en parlant de la Covid19, j’imagine que la pandémie a bousculé beaucoup de choses pour vous ?

Julie : Oui, évidemment ! Beaucoup de choses sur le digital notamment. C’est vrai que par rapport à nos plans, nous avons tellement accéléré sur les objectifs numériques pour l’entreprise que nous avons bien pris deux ans d’avance sur ce qui était fixé.

Édouard : Cette année 2020 a été un bon test d’agilité. Nous avons mis en place des choses que nous n’avons pas du tout pu réaliser, d’autres que nous avons dû monter en urgence, mais nous avons aussi dû continuer nos projets de long terme, comme l’ouverture de ce nouveau magasin, et tout cela sans jamais baisser les bras. C’était une bousculade permanente, mais avec le recul, assez intéressante !

médailles bijouterie Lepage

Avez-vous une clientèle ciblée ?

Édouard : Ça, c’est un point important qui nous tient à cœur. C’est vrai que nous investissons de plus en plus pour nos magasins et que nous tendons vers une approche un peu plus luxueuse. Mais cela peut nous desservir, car les gens n’osent parfois pas rentrer chez Lepage, car ils se disent que ça va être plus cher qu’ailleurs à Lille. Et c’est une surprise pour beaucoup de personnes, mais ce n’est pas le cas ! En termes de positionnement de prix, nous sommes loin d’être les plus chers. Nous avons toujours voulu garder une ouverture de prix très largeNos prix commencent à 35 euros et montent jusqu’à… presque pas de limite ! Nous voulons vraiment pouvoir adresser toutes les catégories de produits à tout type de client.

Sébastien : Nous travaillons avec une clientèle locale avant tout. Et une clientèle locale, ça se pérennise. Le jeune homme qui achètera sa première montre à l’occasion de son quinzième anniversaire par exemple, sera peut-être très content de nous retrouver vingt ans après pour l’achat de sa bague de fiançailles, des médailles de baptêmes de ses enfants, etc. Ce que nous aimons, c’est entretenir des relations de long terme avec nos clients, de les accompagner lors des événements de la vie, et de leur apporter de la satisfaction et du bonheur.

Édouard : Nous nous adressons à une clientèle locale, mais également transgénérationnelle. Nous arrivons à nous adresser, dans une même famille, à la fois à la grand-mère, qui nous connaît parce qu’elle avait acheté un collier de perles ici il y a des décennies, et à la petite fille, qui nous suit sur Instagram pour découvrir nos nouvelles collections. Nous adresser aux deux, ce n’était pas forcément évident, mais je pense que c’est une de nos forces aujourd’hui.

bijouterie Lepage

Lepage est devenue une adresse incontournable à Lille. À quoi expliquez-vous cette notoriété ?

Julie : Je pense qu’elle est due en partie au fait que nous avons su nous adapter aux époques. Que ce soit nos grands-parents, parents ou nous aujourd’hui, nous avons toujours essayé de nous développer sur Lille et de participer à la vie de la ville.

Sébastien : Nous avons été précurseurs au niveau digital par exemple. lepage.fr a été le premier e-commerce sur ce secteur d’activité. Quand nous l’avons lancé à l’époque, nos confrères n’y ont pas cru, car ils ne voyaient absolument pas comment on pouvait vendre un bijou ou une montre sur internet. Le fait de l’avoir développé il y a dix ans fait qu’aujourd’hui, nous sommes le premier e-commerce français voire européen sur cette gamme de produits. Et ce qui est magnifique avec internet, c’est que nous pouvons faire des ventes n’importe où en France, en Europe, et dans le monde. Nous avons plein de belles histoires sur internet ! Par exemple, nous avons fourni une belle montre à une militaire française basée en Afghanistan, car elle se fiançait là-bas, avec son futur marié lui aussi dans l’armée.

Après, il n’y a pas de secret : ce qui paie, c’est le travail ! Nous avons été élevés par des parents qui étaient des acharnés du travail, et qui nous ont appris qu’il fallait travailler pour réussir.

Édouard : Charge à nous de développer également notre notoriété nationale, dans les villes où nous ne sommes pas installés physiquement pour le moment, grâce au digital. Et ensuite pourquoi pas rêver plus grand ? Nous avons énormément de projets dans les cartons, et de belles choses qui arrivent ! Et l’année prochaine, nous fêterons déjà le centenaire !

bojouterie lepage rue

>> Lepage à Lille : 6-8-10 rue de la Bourse, 59000 Lille

>> Retrouvez également Lepage sur l'application The-ring.io

Retrouvez également les produits et les bons plans de LEPAGE et achetez en Click & Collect sur l’application The-ring.io par ici :https://the-ring.io/lille/shops/lepage-8b0440f7