Choukri de Foodays de Lille : «Vous êtes ici chez vous !»

L'objectif de ce restaurant : que tout le monde se sente comme à la maison (et se régale !) 😋

25/08/2020, 10:00 | édité le 31/08/2020, 15:58


A 41 ans, Choukri décide de se lancer dans une toute nouvelle aventure : ouvrir un restaurant. Il ouvre donc Foodays à Lille en novembre 2019. Son objectif : que tout le monde se sente comme à la maison (et se régale !).

Comment êtes-vous arrivé jusqu’à Foodays Lille ?

Alors moi, je ne suis pas du tout du métier. A la base je suis agent administratif à la mairie de Lille. Donc je m’occupe de tout ce qui est carte d’identité, passeports, etc. On peut dire que je me suis lancé dans la restauration en total freestyle !

J’ai toujours voulu avoir un local à moi, un café ou un petit restaurant, … Un petit lieu sympa où les gens peuvent se réunir, prendre du bon temps et surtout bien manger

Et puis les gens on l’air d’apprécier. Ça se passe super bien pour l’instant !

Quel est le concept de Foodays à Lille ?

Ici, nous avons différentes spécialités : les bagels, les burgers, les gaufres … On fait des gaufres salées (chèvre miel, poulet curry, etc) et sucrées. On propose un peu de tout. Et il y a aussi des desserts, évidemment.

Tout est fait maison. C’est vraiment l’une des caractéristiques chez nous : que tout soit fait maison, artisanalement.

Qu’est-ce qui rend votre commerce spécial ?

C’est la proximité. Vous êtes ici chez vous ! C’est à la bonne franquette ici : les gens viennent tranquilles, comme ils veulent, ils seront toujours bien accueillis. Tout le monde est accueilli de la même manière : comme à la maison, comme chez eux.

Donc nous essayons de donner le meilleur de nous-même. L’accueil est vraiment une priorité pour toute l’équipe du Foodays.

Et bien sur le goût ! Puisqu’on offre à manger, faut que ce soit très bon, sinon, ce n’est pas la peine. 

Que préférez-vous dans votre métier ?

C’est justement le contact avec les personnes. Et le retour surtout ! Le retour des personnes qui viennent manger chez nous. Mon objectif : que les clients repartent avec le sourire (et qu’ils reviennent). 

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre métier ?  

La difficulté, c’est que nous travaillions surtout avec les étudiants. Et en ce moment, entre le Covid19 et les vacances d’été, les étudiants ne sont plus trop là. C’est donc plus difficile de ramener du monde à Foodays Lille, surtout qu’on n’a pas encore un réseau très établi. 

Quel type de clientèle ciblez-vous ?

A la base, on travaillait essentiellement avec les étudiants. On était ouvert essentiellement le midi et là, depuis le Covid19, on est ouvert le midi et le soir. 

Et là maintenant, on a de tout ! Que ce soit les parents qui viennent avec leurs enfants pour les installer ici pour leur scolarité et qui découvrent le concept, ou des personnes qui vivent dans le quartier. Maintenant, on a tous les âges. Une de nos clientes quotidiennes a environ 70 ans, et la plus jeune de nos clientes, qui vient aussi tous les jours, a environ 13 ans.

A cause de l’actualité, on a essayé d’élargir notre clientèle, donc on a beaucoup travaillé sur les réseaux sociaux. Parce qu’en réalité, avant, on ne faisait pas du tout de communication, car on avait notre clientèle étudiante. Mais maintenant, on s’y est mis et on essaie vraiment d’élargir notre clientèle. 

Pourquoi avoir choisi cet endroit, dans la rue Colbert, pour vous installer ?

Parce que déjà le local me plaisait, surtout sa devanture. C’est une devanture en bois, un peu à l’ancienne.

Et puis j’habite et je travaille juste à coté, à Wazemmes. Donc ce quartier là me plaît. Donc c’était pas très loin de chez moi et le local me plaisait vraiment.

Fooday Lille

Comment est composée votre équipe ?

Dans l’équipe, nous sommes deux co-gérants : ma soeur et moi. Et nous avons aussi une troisième personne qui travaille à mi-temps, le midi, quand moi je ne suis pas là, car je continue à travailler pour la mairie de Lille. Et c’est ma soeur qui fait la cuisine.

Comment faites-vous pour concilier vos deux emplois ? 

Je travaille à 50% en mairie et puis le reste du temps, je suis ici. 

Alors ma journée type c’est : réveillé à 6h30, couché vers 1h (du matin). C’est vrai que c’est un peu lourd et dur, mais ça me plaît ! C’est beaucoup de travail, beaucoup d’investissement de soi, mais c’est vraiment ce que je recherchais et je suis content de le faire. Maintenant, on verra si ça porte ses fruits, mais en tout cas pour l’instant, le retour est plutôt bon. Il faut juste le temps de se faire connaître.

Quelles sont donc vos actions digitales ?

On travaille beaucoup avec Snapchat, sur Instagram aussi, et maintenant The-ring.io ! On communique essentiellement sur Snapchat, car on a beaucoup de clients sur ce réseau.  

Fooday Lille

Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans l’aventure The-ring.io ?

Le concept me plaisait ! Que ce soit pour les commerçants de Lille, les commerçants de proximité surtout, c’est ce qui me plaisait. Ça m’avait l’air porteur.

Et puis je travaille avec d’autres plateformes de livraison et vente à emporter, et ça ne me plaît pas. La façon de faire, la façon de travailler, on ne communique avec personne, tout est digital… Et quand on est venu m’expliquer le concept de The-ring.io ça m’a plu directement ! Je me suis dit qu’il fallait essayer. Et même si ce n’est encore qu’aux prémisses, j’espère que ça portera ses fruits prochainement !

Quels sont les projets futurs pour Foodays à Lille ?

Pour l’instant, c’est de se faire connaître au maximum.

On aussi travailler sur la carte : élargir notre gamme et proposer toujours de meilleurs produits.

Et puis si on arrive à se faire une place sur Lille, peut être en ouvrir un deuxième… On verra bien !

>> Foodays Lille : 93 Rue Colbert, Lille

Propos recueillis par Marine Souxdorf

L'actualité des villes et des commerçants de proximité

Recevez chaque semaine les
dernières news et
les infos
des commerçants de
proximité